J’ai éclaté de rire il n’y a pas longtemps.

Je discutais avec un « spécialiste » de l’informatique industrielle et analyste du milieu et lui ai demandé s’il avait vu notre site web. Il m’a répondu « oui », alors je lui ai demandé ce qu’il en avait retenu.

« C’est sûrement une bonne solution pour les petites applications ! »… Incrédule, je lui ai demandé de préciser ce qui l’avait conduit à cette conclusion.
Sa réponse ? « Il ne faut que 3 minutes pour l’installer ! ».

Wow ! Si j’avais su qu’on jugerait les possibilités d’un logiciel à sa durée d’installation, j’aurai demandé à mettre des boucles d’attente dans le script d’installation. 3 ou 4 heures voire jours pour installer Ignition, comme les autres confrères. Why not…

Blagues à part, je lui ai simplement cité quelques exemples d’applications (qu’il aurait dû voir sur le site ) déployées avec Ignition. Il a vite compris qu’un simple serveur Ignition pouvait déployer des centaines de clients, se connecter à des dizaines de bases de données, lancer un ou plusieurs Designers concurrents, faire office d’historian et de serveur de rapports, se satisfaire de tous les OS et bien d’autres choses encore – tout cela pour un seul coût de licence serveur.

Mais il a aussi compris qu’Ignition pouvait répondre à de petites applications.

La vérité est que lorsque vous êtes habitué aux technologies des années 90, son enfer de DLL et des systèmes qui ajoutent patch sur patch pour fonctionner, il n’est pas étonnant d’être étonné par ce que peuvent produire les technologies modernes.

Installation d’Ignition en vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=zqoBfjfasPs